Accueil

Le Centre Commercial Capelle-Guibert de Millau a été inauguré ce 23 septembre 2015 et rencontre déjà un franc succès de fréquentation.

Ce centre commercial diffère complètement des réalisations habituelles par son implantation en plein coeur de ville. Ce sont ainsi près de 30 nouveaux magasins qui ont fait leur ouverture en même temps. Tous neufs complètement avec des couleurs chatoyantes et pour la plupart, et de nouvelles enseignes inconnues dans la région comme H&M bien sur, mais aussi Le Comptoir de Mathilde (produits de terroir à la marque du distributeur), Super Girl, Casual Mode, Bleu Libellule, Moa, Toscane, Celio, Poterie de la Madeleine (déco maison), etc... Ceci pour le 1er niveau accessible du centre ville, le niveau secondaire est réservé au Magasin Casino, et à la future médiathèque. Un grand parking complète l'ensemble.

Quelques commerçants du centre ville ont tenté l'aventure comme Armand Thierry (chaine nationale c'est vrai) ou le franchisé Krys de la place du Mandarous. Ce n'est pas un exode massif. La situation est plus préoccupante pour le centre commercial du Crès (également Casino) qui a vu partir de belles enseignes comme Du Pareil au Même, ou Or en Cash. Il y a eu aussi des démissions de personnels qualifiés de magasins de cette zone qui sont venus compléter les effectifs du nouveau centre. Un seul aveyronnais extérieur a fait le choix d'une implantation : le comptoir du Rugby de Baraqueville.

Le budget d'implantation était assez lourd avec un droit d'entrée pour un local "brut de béton", des frais d'agencements et de raccordement conséquents, l'obligation de travailler avec des entreprises sélectionnées par le promoteur, des loyers conséquents calculés en fonction du CA théorique et en sus, une facture de frais d'ouverture. La situation a été tendue dans plusieurs magasins pour réussir à ouvrir au jour J.

Une foule importante était présente le jour de l'inauguration, de même que tout ce week-end (c'était également la course des 100 kms de Millau) mais aussi en ce début de semaine. Il ne demeure que 2 magasins à pourvoir mais cela devrait être fait rapidement. Visiblement, cela plait à la clientèle qui n'aura plus à courir à Montpellier, Béziers ou Rodez. C'est donc une bonne chose pour l'économie millavoise qui va reprendre quelques couleurs. Il faudra néanmoins voir l'effet à long terme.

Rappel des infos précédentes, des mois et années qui ont précédé cette ouverture :

Dossier actualisé le 25 avril 2014.
Notre nouveau maire, Christophe Saint-Pierre a donné le premier coup de truelle et comme cela n'était pas son métier, il s'est fait aider par ses prédécesseurs :
- Jacques Godfrain à l'origine du projet
- Jacques Durand qui a pris la suite durant 6 ans
Démarche très sympathique que l'on voudrait voir plus souvent.



Les travaux sont pris en charge par la Sogea, filiale de Vinci Construction. Ils devraient se terminer en 2015 pour une ouverture en septembre. L'hypermarché de Casino occupera 2300 m², le magasin H&M (qui est donc bien confirmé) 2 000 m², la Médiathèque 2 300 m² ce qui permettrait 2 200 m² pour les boutiques et les aires de circulation. Le moteur est donc bien le magasin H&M et cela constitue une innovation pour cette enseigne dans une ville de moins de 40 000 habitants. Pour les enseignes qui seraient donc candidates : Armand Thierry, Toscane, Celio, Mango, Cleor, Bleu Libellule, Supergirl, Photomaton, Depech'Mode, Excel Coiffure, Krys, Mim, la Casa.... Impressionnant.

Dossier actualisé le 27 octobre 2013.
L'inquiétude grandit à Millau sur la réalité du projet et l'absence d'informations de la mairie.  

Le Journal de Millau publie un appel vers la mairie que nous reproduisons : «Faites vite !»

Le troisième trimestre s’est écoulé. En coulisse on affirme que l’entreprise chargée de construire le projet n’est toujours pas choisie. On évoque le retrait du consortium aveyronnais. Certains vont jusqu’à dire que la dalle n’est pas encore vendue ou payée. Nous n’avons aucune raison de douter de la parole des uns et des autres, élus et promoteur. Le chantier finira par se faire. Mais, c’est le sens du message lancé par le monde économique : «faites vite !».
Pourquoi ? Parce que la vie économique du centre-ville est figée. Pire elle régresse rapidement.
Il y a la crise. Mais, pas seulement. Depuis l’annonce de l’ouverture du centre commercial, plus personne n’ose investir dans le commerce de cœur de ville. Chacun peut le comprendre. Qui engagerait plusieurs dizaines ou centaines de milliers d’euros dans une boutique sans savoir ce qui va ouvrir dans quelques mois ?
Résultat, plus rien ne se passe en centre-ville. Les boutiques ferment les unes après les autres. Pas de successeurs, pas de nouveaux commerces... Même sur des emplacements très fréquentés, comme la place du Mandarous, le boulevard de l’Ayrolle, de la République ou sur l’avenue Jean-Jaurès. Ne parlons pas des autres rues.
R.G.


Dossier actualisé le 24 juin 2013 (source Journal de Millau) :
Deux réunions viennent de se tenir sous l'égide de la CCI et de l'association des commerçants Vivre Millau en présence du directeur commercial de l'immobilier professionnel du Groupe Casino David Priser.

Le début des travaux est prévu pour ce troisième trimestre 2013 (donc dans quelques jours) avec une ouverture prévue entre mars et septembre 2015.

A ce jour, les réservations fermes concernent :
 - l'Hypermarché sous enseigne Casino (et non Géant) avec la primauté pour l'alimentaire et les rayons traditionnels de l'hygiène de la personne pour une surface totale de 3500 m² dont 2500 m² de surface de vente.
 - Armand Thierry qui abandonne la place du Mandarous pour trois modules dédiés à l'habillement femmes, hommes, et enfants.
 - Mim et Mango, vêtements féminins déjà bien implantés dans nos villes.
 - Devred : prêt à porter masculin
 - 2 coiffeurs : Bleu libellule et Excell Coiffure
 - 2 enseignes de restauration : Casa Pizza-grill et un restaurant japonais.

Cela représente donc environ 50 % de la surface totale de 11 000 m², ce qui n'est toujours pas dans les critères requis par les investisseurs (2/3) mais il y a une bonne surprise avec l'annonce imminente de la signature avec H&M pour une surface de 2 500 m².

Cette enseigne suédoise internationale est véritablement très attractive avec une offre pléthorique et à des prix défiant toute concurrence. Elle compte 2900 magasins dans 49 pays avec 104 000 employés. C'est clairement une grande nouvelle et un atout important pour ce centre Capelle Guibert et le commerce millavois.

Des précisions ont été apportées sur les loyers qui devraient se situer entre 220 e et 400 e HT du m² par an. Prévoir des charges en sus pour 50 e HT du m² et ben sur les frais d'aménagement des modules livrés brut de béton. Le prix du loyer dans les centres commerciaux est déterminé selon le type d'activités et la fréquentation prédéterminé du point de vente. 

David Priser a renouvellé lors de ces réunions ses appels à des investisseurs locaux à être présents dans ce dossier.

ACTUALISATION DU 24.11.2011 (communiqué de la Mairie) :

Le Pôle d'Enseignement Supérieur se construit sur l'espace Capelle-Guibert à Millau :

C'est un élément-phare de la revitalisation de Capelle-Guibert, qui a commencé en juin dernier avec les premiers forages pour la réalisation du parking couvert de 314 places.

L'espace Capelle-Guibert accueillera aussi, à l'horizon 2013-2014, un Pôle commercial, une Résidence services, la nouvelle Médiathèque et deux places piétonnes.

Le chantier du Pôle d'Enseignement Supérieur a débuté en septembre. La dalle du rez-de-parvis est d'ores et déjà en place. Le délai prévisionnel des travaux est fixé à décembre 2012.

Le bâtiment ouvrira sur la future Esplanade François-Mitterrand et fera face à la Médiathèque. Côté sud, il longera la Résidence services, projet privé (groupe Gagnaud) à destination des étudiants.


Ecole d'infirmières et autres formations universitaires
Le Pôle d'Enseignement Supérieur se compose de deux ailes reliées par un espace central avec amphithéâtre.

L'aile nord sera dédiée au nouvel Institut de Formations en Soins Infirmiers (IFSI). L'actuelle école d'infirmières est installée pour l'heure dans des locaux obsolètes rue de la Condamine.

La Ville de Millau a contractualisé avec la Région Midi-Pyrénées afin de pérenniser, mais aussi de développer (augmentation des effectifs), cette école d'infirmières en la reconstruisant dans le cadre du Pôle d'Enseignement Supérieur.

L'aile sud sera consacrée aux autres formations universitaires : à commencer par le DUT Information-Communication « Tourisme économique » mis en place avec l'IUT de Rodez, sous l'égide de
l'Université Toulouse 1. Ainsi que les formations de Millau Enseignement Supérieur, antenne régionale du Conservatoire National des Arts et Métiers.

Maître d'oeuvre : l'architecte Jean-François Panthéon
Sous maîtrise d'ouvrage de la Ville de Millau, le Pôle d'Enseignement Supérieur a pour architecte Jean-François Panthéon.

Le chantier se déroule en concertation constante avec le Bureau d'études et Travaux Neufs de la Ville de Millau.
Le bâtiment sera caractérisé par deux matériaux : verre et bois (bardage). Une vive attention est accordée à la gestion de l'énergie, avec un système de ventilisation double flux en serre chaude et froide avec ficus.

L'arrosage de ces espaces sera assuré par la récupération de l'eau depuis les terrasses en toiture. Ces terrasses seront végétalisées.

En chiffres
Capacité d'accueil : 600 étudiants.
Emprise au sol : 960m2.
Largeur de la façade du parvis : 32,60m.
Hauteur côté Esplanade François-Mitterrand : 13,25m pour l'aile nord et 10,76m pour l'aile sud.
Institut de Formations en Soins Infirmiers : 2100m2 de locaux.
Autres formations universitaires : 900m2 de locaux.
Espaces communs : 200m2.
Plus de 78% de subventions
Montant total des travaux : 7,24M€.

Plan de financement :
Conseil Régional Midi-Pyrénées : 2,28M€ (50% du coût IFSI).
Ville de Millau : 1,76M€.
Europe Feder : 1,38M€ (30% du coût IFSI).
Conseil Général : 0,3M€.
Centre Hospitalier de Millau : 400 000€ (participation IFSI).
FCTVA : 1,12M€.

Les entreprises
Le chantier a été confié en grande majorité à des entreprises de Millau, de la Communauté de Communes Millau Grands Causses et de l'Aveyron.

Gros oeuvre : Salvan (Millau).
Etanchéité : Sopribat (Millau).
Menuiseries aluminium : Grégoire (Millau).
Vêtures extérieures bois : Druilhet (Flavin).
Menuiseries intérieures : Laussel (Sebazac).
Cloisons sèches : Roche Palmas/Caumes (Creissels).
Peintures : Couleur 86 Mas Roche (Millau).
Faux plafonds : Boissonnade (Olemps).
Flocage : Belet Isolation (Olemps).
Carrelage Faïence : Caumes (Saint-Victor et Melvieu).
Résine de sol : Etandex (Eguilles).
Revêtements de sols collés : Benech (Onet le Château).
Serrurerie : Atelier de chaudronnerie du Cantal (Sansac).
Chauffage plomberie ventilation : Bousquet/Domergue.
Electricité : Malaval (Millau).
Ascenseur : Auvergne ascenseurs (Saint-Germain Laprade).

Service Communication de la Ville de Millau Pierre-Emmanuel PARAIS

Dossier initial en janvier 2011 :

Le département comporte actuellement deux projets que l'on peut qualifier d’impressionnants et peu habituels : le projet SOULAGES à Rodez, et donc ce projet CAPELLE GUIBERT.

Les deux projets génèrent autant de littérature, de débats et de contestations l'un que l'autre, mais l'agglomération de Rodez comporte 54 000 habitants et son projet s'élève à 22 millions d'euros. Les chiffres sont plus qu'inverses à Millau avec un montant affiché de 80 millions d'euros pour 22 000 habitants en ville et 30 000 avec l'agglo. Le montant de Millau doit être apprécié avec précaution, ce montant est en fait porté pour la plus grande part  par de grands investisseurs.

Ce projet CAPELLE GUIBERT est en  gestation depuis plusieurs années, il a été préparé par l'ancienne municipalité GODFRAIN, et les engagements ont dû être repris par la municipalité actuelle DURAND. Le projet a été redimensionné avec une surface commerciale moins importante, plus de construction d’hôtel, mais une médiathèque, un pôle d’enseignement supérieur et une résidence services. 

La situation économique est plus tendue à Millau qu’à Rodez avec une évasion commerciale plus importante vers Rodez, Montpellier et Béziers. On y constate depuis 2008 une dégradation des activités commerciales en place, mais c’est le lot de beaucoup de nos villes intermédiaires et Millau dispose de nombreux atouts pour attirer de nouvelles populations à l’avenir et se développer.

Les chiffres que nous citons résultent d'un article de novembre 2010 publié dans l'organe municipal MILLAVOIX. L’écart de chiffrage est étonnant entre l’estimation de mars 2009 à 50 millions d’euros et cet article qui parle maintenant de 80 millions d’euros. Ces chiffres sont très importants, c’est le projet de centre commercial qui en représente la plus grande part pour 50 millions. C’est MERCIALYS (Groupe Casino) qui est toujours aux commandes du projet et qui va donc investir ce montant dans l’économie locale.

En cette période de désenchantement, de raréfaction des ressources financières, il est intéressant que de grandes structures comme le Groupe CASINO avec 50 millions d'euros ou un investisseur privé comme le Groupe GAGNAUD (Résidence services pour 6.5 M€) viennent investir de tels montants en ville.  

Voici où en est le projet avec des photos très attractives, pour des travaux qui commencent en ce mois de janvier 2011 :

Création d'un parking couvert payant de 321 places et d'une dalle venant supporter le projet commercial. Les acquisitions foncières réalisées pour le créer sont de 2.8 M€, le chantier pour 6.9 M€ soit donc 9.7 M€ qui sont couvert par la vente de la dalle au promoteur du projet commercial pour 7.15 M€, une récupération de 0.9 M€ sur les fonds du 1% Viaduc (sur lesquels nous reviendrons bientôt), et le produit de la location des droits de stationnement au promoteur pendant 15 ans (120 000 € l'an).

Sur un simple coût mathématique, nous arrivons donc à :
 Coût de la dalle : 7.15 M€ pour une surface de 5 500 m² soit donc 1 300 e du m² mais une partie de ce coût est refacturé à la Mairie pour la Médiathèque
 Coût de l'emplacement de parking : 2.55 M€ pour 321 places soit donc 7 950 e la place à rentabiliser par la location des places.

Création d'une médiathèque de 2 250 m² pour un coût de 5 Millions d'euros TTC soit environ 4.2 HT. Intégrée dans l'espace commerces, la médiathèque donnera sur la place des Gantières. Elle sera sur un niveau de 1700m2 avec une mezzanine de 550 m². A l'heure d'internet, des téléchargements, de l'avènement des tablettes, ce projet est extrêmement ambitieux, pour autant, faut il arrêter d’investir dans nos équipements collectifs culturels du fait d’internet ? Son coût est refacturé pour partie par le promoteur de la zone commerciale.

La bibliothèque municipale, installée depuis 1987 dans un local de 1400m2 au Créa, boulevard Sadi-Carnot, y sera transférée et enrichie en collections comme en supports multimédias.
* Coût de la médiathèque : 4.2 M€ HT pour une surface de 2 250 m² soit donc environ 1 800 e le m².

Création du Pôle d'Enseignement Supérieur pour un coût de 6.3 M€ constitué par Millau Enseignement Supérieur (antenne du CNAM) actuellement dans la Halle Viaduc et par l'Ecole d'infirmières. Nous manquons d'éléments sur ce dossier, quelles seront les filières nouvelles ? Certaines viennent déjà d’être créées comme le DU Intelligence Economique.

Création d’une résidence de services pour accueillir les étudiants et des touristes en saison. Création de 80 logements pour un investissement de 6.5 M€ par le Groupe GAGNAUD de Saint Lary sur Mer qui gérera cette résidence. Là aussi, ce montant est important ramené au nombre de logements. La Mairie nous assure que des services commerciaux ne seront pas créés dans cette résidence.

Création d’un espace commerces de 8 800 m² pour un coût de 50 M€.
Il est prévu la création de 30 boutiques sur 4 500 m2, deux moyennes surfaces (équipement de la personne et de la maison) sur 2 000 m2, et le transfert-extension d'une enseigne alimentaire déjà présente en centre-ville (Spar ou Casino) sur 2 500 m2 maximum. Nous avons compris que ces implantations seront sur deux niveaux.

La Ville a souhaité que les enseignes soient orientées plus spécialement vers l'équipement de la personne et de la maison ainsi que vers le domaine culture et loisirs. Trois secteurs pour lesquels les taux de fuite à Millau sont respectivement de 29%, 23% et 25%, selon une étude de la CCI Sud-Aveyron mais aussi trois secteurs complètement exposés à l’internet. Les boutiques seront à priori exploitées en franchise, et les deux moyennes surfaces par les enseignes en propre.

Cet espace commercial soulève énormément d’interrogations sur son fonctionnement, sur son coût de 50 millions d’euros. Comment a t-il été calculé ? Quelle est sa fiabilité ? Si l’on exclut les surfaces communes, le montant refacturé à la Mairie pour la médiathèque, le coût au m² serait proche de 6 000 e soit donc 600 000 e pour un point de vente de 100 m² ? Ce qui amènerait un loyer théorique de 60 000 e l’an (la règle en matière commerciale est de 10 % de rendement). Comment est ce possible ?

Nous ne comprenons donc pas cette évaluation, pour autant, MERCIALYS est un spécialiste de la gestion des centres commerciaux, et ne place jamais ses fonds sans des études approfondies.

Nous allons donc approfondir, peaufiner au fur et à mesure de l’avancement du dossier et de nos contacts avec les collectivités locales et actualiserons ce zoom.


 

Infos :
LE CENTRE CAPELLE GUIBERT DE MILLAU A ETE INAUGURE
12100 MILLAU
Rechercher :
Compte Twitter
Toutes les brèves
Zoom sur...
Zoom sur...
Contactez-nous