Accueil

SAINT ANTONIN NOBLE VAL - QUERCY (82)

THESEE S'ECHAPPE AUX FRONTIERES DE L'ABSTRACTION

Thésée expose à la Maison du Crieur de Montauban jusqu'au 2 janvier 2019. Son exposition se nomme justement "Aux frontières de l'abstraction".

 Allez-y, parcourez ses pages sur le net, sa page facebook, allez vers elle si vous la rencontrez.

Dans la vie de tous les jours, elle travaille comme infirmière aux Urgences de nuit de l'Hôpital de Montauban. Un travail qui ne doit pas être facile tous les jours, une matière humaine qui la fascine, avec de la détresse et de la solitude qu'il faut aider. Un métier qui l'investit visiblement et qui la travaille. La peinture lui permet un peu de vagabondage au travers des espaces, mais elle écrit également, parle et s'exprime.

Voir quelques unes de ses créations, pour la plupart abstraites, sur ses différents supports. Elle a déjà participé à quantité d'expositions et nous aurions dû parler d'elle depuis longtempts.

Sa démarche : qu'il puisse exister un tableau dans chaque tableau, ce qui ne peut être dit est peint, elle aime voir ce que l'on ne peut voir. Poésie, subtilité, étrangeté, vous, seuls les trouverez. Elle suggère et vous imaginez... « Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu’endormis.» de Edgar Allan Poe.

Ci-dessous, texte qu'elle a publié pour se décrire, son "curriculum vital" comme elle dit :

Je ne sors de nul part, je n’ai emprunté aucun cursus prédestiné,
Je n’ai fait, ni les Beaux Arts, Arts Déco ou les Arts Appliqués,
J’ai simplement, regardé et appris en grandissant auprès d’un Maestro.

Mon Père, ce héros, qui vivait ou parfois survivait de son pinceau,
En silence dans son Atelier, depuis toute petite, je l’observais.

Une place privilégiée, dans ce sanctuaire, m’était accordée,
C’est marrant, très tôt, j’ai senti l’immense chance que j’avais.

Sur une table, quelques pastels, crayons et feutres disposés,
Au milieu de mes poupées, me permettaient de patienter.

A ma façon et avec fierté, je dessinais ; en silence, j’évoluais…
Jamais, il ne me corrigea, par crainte de m’offenser peut-être ?

Les corrections abusives ne faisaient pas parties de son « être »,
Bien plus subtil que ça, il m’apprit à libérer mes possibilités expressives,
Tout en me faisant découvrir les lois objectives de la couleur et de la composition.

Des lois immuables pour certains, des lois que je contournais souvent avec déraison !

Il riait affectueusement de me voir ainsi pester contre mes feuilles et mes crayons,
Je n’arrivais pas, du haut de mes petites années à dessiner comme ça !

A dessiner ce que m’offrait de réel et magique la nature, nous rigolions….
C’est ainsi que je découvris les premières frustrations de la figuration.

Je continuais à m’appliquer dans mes représentations, je grandissais….
Formes et couleurs ; ombres et lumières correspondaient enfin à la réalité !
Dieu, que j’étais rassurée, je savais enfin dessiner !

Il m’observait me fourvoyer, sans trouver à redire de mes prouesses, il rigolait !

Toujours affectueusement et fièrement, il rigolait……Cela m’agaçait…..

Jeune ado et confortablement installée sur mes positions, je lui demandais :
« Papa, c’est quoi l’abstraction ? »

Je pense, qu’au fond de lui, c’est la seule question qu’il attendait de moi. Il me dit :
« Tu vois, ma chérie, ce paysage, il a aussi sa part de mystère, invisible à l’œil nu et que seule ta vision peut dévoiler. Pourquoi, n’essayes-tu pas de la dessiner ? »

Wahou ! A n’y rien comprendre, j’étais complètement pommée !

Quelle drôle de définition ! Que voulait-il m’expliquer ?

Voulait-il me dire de me détacher de toute représentation de la réalité sensible,
Mais surtout avec sensibilité la représenter ?

Le challenge était trop excitant, je rentrais en « abstraction » comme on entre en méditation !

Quelle était donc cette part de mystère que je ne voyais pas ?

Je la cherchais et encore aujourd’hui, dois-je-le dire ? La cherche encore…

Voici au final, ce que j’ai retenu de ce trésor d’Enseignement :
C’est qu’au delà des apparences, il existe l’objet mais surtout sa métaphore.

C’est ainsi que je grandis, bercée entre De Vinci, Van Gogh, Dali et Zao Wou-Ki.

Moralité ! Je suis ravie d’avoir rencontré cet homme,
Sur sa vie, je pourrais encore en écrire des tomes.
Mais il me laisse l’essentiel à présent : Ce que je suis ici et maintenant…

Ecoutez également cette participation de Thésée à l'émission de CFM "Parlez-moi d'amour" le 22.11.2016, comme elle se décrit comme une femme, une maman, une épouse aimante. Une personnalité intéressante à découvrir

Texte et photos : propriété Thésée

Contact :
THESEE S'ECHAPPE AUX FRONTIERES DE L'ABSTRACTION
6, rue de l'église
82 SAINT ANTONIN NOBLE VAL
Rechercher :
Compte Twitter
Toutes les brèves
Zoom sur...
Zoom sur...
Contactez-nous