Accueil

GAGES MONTROZIER - AVEYRON (12630)

EMILE GALTAYRIES REMARQUABLE ENTREPRENEUR DU 19e SIECLE

Nous mettons en valeur Emile Galtayries (1823-1896), un remarquable entrepreneur aveyronnais méconnu du 19ième siècle.

On retrouve sa trace dés que l'on s'intéresse à notre histoire économique. Il eut effectivement la chance d'hériter préalablement de belles affaires industrielles mais il sut remarquablement bien les développer avant de s'installer, dans une deuxième partie de sa vie, à Candillargues, près de Montpellier, pour réussir de belle façon dans la constitution d'un domaine viticole moderne de 235 ha.

Il occupait à Gages-Montrozier une position importante en étant propriétaire d'une filature, d'une exploitation agricole, mais aussi d'une maison de banques. Il s'associa avec un de ses amis, M. Scudier, pour constituer un élevage important en race Aubrac et réaliser des investissements financiers dans les nouvelles activités en développement. Le charbon était une source d'énergie importante et il racheta les Houillères de Gages pour alimenter ainsi la ville de Rodez. Il connaissait les besoins en chaux du monde agricole et alla créer des fours à Lapanouse, on ignore s'il a été un acteur dans ceux de Bertholène toujours en fonctionnement.

Il réalisa ainsi une belle fortune qu'il fit fructifier en achetant an 1851 à Candillargues le château et le domaine du même nom. Aidé par son jeune auxiliaire Léopold Cancel, il fit dégager la plaine en abattant les arbres qui coupaient le vent du nord, niveler le terrain, planter 235 ha de vigne pour former le domaine du château de Candillargues.

Ses investissements furent judicieux également par la construction de caves importantes pour conserver le vin. Les bras locaux ne furent pas suffisants, on alla chercher ailleurs des paysans. Il fallut aussi grossir le nombre de bétail. En 1868, il prit la décision de faire construire la grande cave où vinrent s’abriter 300 foudres géants. A l’heure des vendanges, 1000 travailleurs étaient nécessaires, on fit appel aux aveyronnais et aux lozériens qu’on installa dans des tentes autour de la ferme. Beaucoup restèrent sur place.

Le phylloxera fit son apparition et il contribua à trouver des solutions. Il l'étudia d'abord avec curiosité ; puis quand il crut avoir discerné le moyen de combattre le fléau, il n'hésita pas à engager dans la lutte une part, une très large part, disait-il lui-même, de sa fortune. On décida de submerger le vignoble, partout où une telle pratique était applicable. Ce fut alors une véritable course à la submersion qui vit naturellement le triomphe des basses plaines de l’Hérault où l’on s’empressa aussi de couvrir de vignes les dernières plaines disponibles.

En 1886, le vignoble sera en partie reconstitué sur toute la plaine puis la viticulture connaîtra une période prospère. En 1893, les 5 caves pouvaient contenir 40 000 hectolitres de vin. Lorsque en 1895 une commission composée de viticulteurs les plus éminents visita, parmi les vignobles les plus réputés de l'Hérault, l'important domaine de Candillargues, il put lui montrer des cultures qui méritaient d'être citées comme les plus belles dans la région par excellence de la reconstitution des vignes.

Il décéda l'année suivante et fut enterré en Aveyron. Sa fille avait épousé le fils d'Achille Villa, à la tête de la Banque Villa à Millau.

Quant au domaine, il fut partagé entre héritiers puis vendu morcelé à plusieurs propriétaires. La bâtisse a été vendue en lots, il y a une vingtaine d’années.

Réalisé avec le concours de Régine Challe, auteur d'un recueil sur l'histoire de Candillargues.

Infos :
EMILE GALTAYRIES REMARQUABLE ENTREPRENEUR DU 19e SIECLE
12630 GAGES MONTROZIER
Rechercher :
Compte Twitter
Toutes les brèves
Zoom sur...
Zoom sur...
Contactez-nous