Accueil

LAPEYRE - AVEYRON (12400)

LE TRAGIQUE DESTIN DE MEDORA LEIGH EPOUSE TAILLEFER

Cette histoire remonte au début du 19ième siècle en Angleterre. Augusta Leigh, mariée, entretient une relation incestueuse avec son demi-frère George Gordon Byron,

tous les deux issus de la noblesse britannique.  

George Gordon Byron est à cette époque un des plus grands poètes du pays. Il ne cache pas sa vie de patachon et sa bisexualité. Augusta tombe enceinte, et le scandale éclate. La relation est rapidement connue. Elle accouche d'une petite fille en 1814 qu'elle nomme Elisabeth Medora. George Gordon Byron, devenu Lord Byron, quitte le pays pour fuir le scandale et n'y reviendra plus de son vivant. Son coeur demeurerait intégré dans sa statue au sud de la Grèce à Missolonghi.

Rejetée par sa mère et sa famille, ignorée par son père, la petite Elisabeth Medora va grandir dans la honte. A seize ans, elle noue une relation à nouveau sulfureuse avec son propre beau-frère Henry Trevanion, homme sans honneur. Elle subira son influence maléfique, entachée par des grossesses dans une misère physique et morale. Obligée de se cacher, elle s’exilera de nombreuses fois d’Angleterre pour la France, vivant du soutien financier d'Anne Isabella Milbanke, la femme de Lord Byron, et d'Ada Lovelace, sa demi-sœur. Elle fut ainsi domestique à Saint-Germain en Laye.

La quiétude viendra de sa rencontre avec Jean-Louis Taillefer, ordonnance du général de Gramont, originaire du sud Aveyron. Elle s'installera avec sa fille Marie Violette Trevanion dans le village de Lapeyre à coté de Saint-Affrique, commune de Versols-et-Lapeyre. Un petit garçon Elie viendra en 1846. Elle fut bien accueillie par la population, et ce fut sa seule période heureuse. Medora Leigh décédera peu de temps après en 1849 à l'âge de 35 ans, usée prématurément par les soucis.

Elle est enterrée dans le joli cimetière de Lapeyre qui surplombe la vallée de la Sorgues, à coté des ruines d'une église romane du 12ième siècle. Sa tombe est toujours bien identifiable et reçoit à la belle saison la visite de nombreux touristes britanniques. Une plaque est présente depuis 1960 sur sa tombe avec une phrase de son père en anglais «Étrangers, ne passez pas sans regarder, arrêtez-vous comme moi pour méditer et soupirer… Hélas ! …».

Plusieurs livres ont été écrits sur la vie tragique de Medora Leigh fille de Lord Byron. Voir en site vitrine celui de Frédéric-Jacques Temple.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Contact :
LE TRAGIQUE DESTIN DE MEDORA LEIGH EPOUSE TAILLEFER
12400 LAPEYRE
Rechercher :
Compte Twitter
Toutes les brèves
Zoom sur...
Zoom sur...
Contactez-nous