Accueil

MONTEILS - AVEYRON (12)

CARDINAL FRANCOIS MARTY

François Marty, (18 mai 1904, Pachins - 16 février 1994, Monteils), était un dignitaire de l'Église catholique romaine, ancien cardinal-archevêque de Paris.

Il naît à Pachins, près de Vaureilles (Aveyron), dans une famille d'agriculteurs, et est baptisé Gabriel, Auguste, François. En 1917, il entre au petit séminaire de Villefranche de Rouergue. En 1923, après un voyage à Lourdes avec son père, il prend la décision d'entrer au grand séminaire.

Mgr Charles Challiol, évêque de Rodez, l'ordonne prêtre le 28 juin 1930 en sa cathédrale. En juillet 1932, il est nommé vicaire à Villefranche de Rouergue, puis, en 1933, à la paroisse Saint-Amans de Rodez. De 1939 à 1940 il est mobilisé. À son retour, il devient curé à Bournazel, puis, en 1943, à Rieupeyroux. En 1948, il devient archiprêtre de Millau, puis, en 1951, vicaire général du diocèse de Rodez.

Le 6 février 1952, il est nommé à l'évêché de Saint-Flour. C'est Mgr Marcel-Marie Dubois, évêque de Rodez, qui l'ordonne évêque le 1er mai 1952. Le 14 décembre 1959, il est nommé coadjuteur de l'archevêque de Reims, Louis-Augustin Marmottin. Il reçoit la titulature d'archevêque d'Hemesa. À la mort de Mgr Marmottin, le 9 mai 1960, il lui succède comme archevêque de Reims.

C'est là, le 17 juillet 1962, qu'il reçoit le général de Gaulle et le chancelier allemand Konrad Adenauer lors d'une rencontre pour la paix entre les deux pays. En 1965, il est nommé prélat de la Mission de France.

Le 26 mars 1968 il devient archevêque de Paris. Il est créé cardinal de l'église romaine lors du consistoire du 28 avril 1969 avec le titre de cardinal-prêtre de Saint-Louis-des-Français.

En 1970, il célèbre la messe à Notre-Dame de Paris en présence de Georges Pompidou, du gouvernement et des chefs d'Etats étrangers en hommage à Charles de Gaulle. En 1971, il se rend à Jérusalem. En 1980, il accueille le pape Jean-Paul II en visite en France. Il fait ses adieux à Paris, le 31 janvier 1981. C'est le cardinal Jean-Marie Lustiger qui lui succède.

Son épiscopat, traversé de crises, fut souvent douloureux : mai 1968, intégrisme (avec l’occupation de Saint-Nicolas du Chardonnet), contestation dans le clergé, chute des vocations et de la pratique.

Il prit de nombreuses initiatives : instauration du diaconat permanent, implantation de nouvelles communautés (Fraternité monastique de Jérusalem à Saint-Gervais).

Il encouragea l’apostolat des laïcs, appliqua les réformes administratives décidées par le cardinal Veuillot : suppression de la hiérarchie parmi les vicaires et des avantages matériels (casuel), mobilité accrue des prêtres par l’exercice de fonctions à temps.

Dès le 28 février 1981, il se retire dans l'Aveyron, à Monteils au couvent des Dominicaines. En 1994, il meurt tragiquement, happé par un train, à un passage à niveau, dans la Citroën 2CV que les catholiques de Paris lui avaient offerte pour son départ.

Anecdote : il aurait déclaré en recevant en cadeau de départ cette 2CV : « elle me conduira au paradis », et il est décédé dans sa voiture.

Voici son parcours écclesiastique :

    1932-1933 : Vicaire à Villefranche-de-Rouergue
    1933-???? : Vicaire à Saint Amans de Rodez
    1940-1943 : Curé de Bournazel
    1943-1948 : Curé de Rieupeyroux
    1948-1951 : Archiprêtre de Millau
    1951-1952 : Vicaire général du diocèse de Rodez
    1952-1959 : Évêque de Saint-Flour
    1959-1968 : Coadjuteur, puis archevêque de Reims
    1968-1981 : Archevêque de Paris

Photo 1 : propriété http://www.paris.catholique.fr

Infos :
CARDINAL FRANCOIS MARTY
12 MONTEILS
Rechercher :
Compte Twitter
Toutes les brèves
Zoom sur...
Zoom sur...
Contactez-nous