Accueil

MONTAUBAN - QUERCY (82000)

RENE DALMON RESISTANT MONTALBANAIS

René Dalmon, dit Bernard Mauriol dans la Résistance (1er avril 1917 à Orléans- 12 août 2003 à Montauban) fut un membre actif durant la Résistance française.

Sa famille est originaire du Tarn-et-Garonne. Son père, employé aux chemins de fer et fervent admirateur de Jean Jaurès, a participé à Vierzon au mouvement de grève de mai-juin 1936 qui suivirent le Front Populaire. Ce qui lui a valu d’être rétrogradé et muté et de terminer sa carrière au salaire minimum comme chauffeur, puis conducteur sur les machines à vapeur du Paris-Orléans.

René, le plus jeune des quatre fils, fait des études primaires à Montauban. Après un apprentissage de serrurier d’art, il s’engage comme volontaire en octobre 1937 dans les chasseurs-alpins. À sa demande, il est incorporé dans une section d’éclaireurs skieurs. En poste au-dessus de Saint-Vérans à 2544 m d’altitude, il y reste jusqu’à la déclaration de guerre avec l’Italie le 10 juin 1940. Après de brefs combats en francs-tireurs contre les troupes de Mussolini, son unité est démobilisée au mois d’août, à Gap.

Très vite après son retour à Montauban et avant l’occupation de la Zone Sud par les nazis, il entre dans un petit réseau de fabrication de faux papiers et de diffusion de tracs. Enfin 1942, il est en relation avec le groupe Combat et s’occupe d’aider les juifs et les communistes, bien qu’il ne soit ni l’un ni l’autre. La Résistance s’organise. Avec son groupe, René Dalmon consacre l’année 1943 à cacher des réfractaires au Service du travail obligatoire (STO).

En juillet, il entre en relation avec le Front National (Front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France), organe politique des groupes armés FTP (Francs-tireurs et partisans). Il est alors en relations avec Georges Pujol, inspecteur aux renseignements généraux, qui plus tard, passé dans les rangs nazis, participera aux côtés de la Milice, à son arrestation, ainsi qu’Arthur Shall, autre collaborateur.

« Permanent » au Front national, René Dalmon passe à la branche armée aux débuts 1944. Il participe à de nombreux sabotages. Destructions de voies ferrées (pont de la Tauge...), de véhicules allemands (Central Garage, briqueterie Rauffet...). Avant de revenir à l’action directe, il est chargé du recrutement de personnes et de personnalités susceptibles d’entrer dans la Résistance. Après le débarquement du 6 juin 1944, il monte lui-même un nouveau maquis près de Saint-Thècle-Montesquieu.

Au cours d’une opération (livraison d’un camion d’armes destinées à son réseau) il est arrêté au Rond, à Montauban, le 28 juin. Au cours du trajet vers les locaux de la Gestapo, il tente de s’échapper, mais est repris. Grâce à la présence de passants, il n’est pas fusillé sur place. Il subit une sévère torture avant d’être interné à Toulouse, prison Saint-Michel.

En juillet, son épouse, Renée Dalmon, est toujours sans nouvelles de lui. Enceinte de leur deuxième enfant, se rendant à la maternité, elle passe devant les deux acacias près de la préfecture (place des Martyrs actuelle). Elle croit reconnaître son mari comme l’un des quatre pendus. Il s’agit en réalité de Michel Melamed, André Castel, Henry Jouany et André Huguet.

René Dalmon, lui, est incarcéré en compagnie d’autres résistants, dont le colonel Berger (André Malraux). Avec ses compagnons, il échappe de peu à la déportation : un des derniers convois, celui du Train fantôme, est parti le 3 juillet. Le 19 août 1944, alors que la division Das Reich remonte vers le nord et tire sur les portes de la prison, les détenus de Saint-Michel sont libérés par les FFI du Lot.

Bernard Mauriol redevient René Dalmon et sort de la clandestinité. Il continue son combat dans les Forces françaises de l’intérieur (FFI), 5e région militaire, bataillon Sabatié, comme officier de la Sécurité. Formé à l’École des cadres de Tarbes, il est ensuite détaché à l’École des cadres de Lespinet.

Il quittera l’armée en 1948 pour reprendre la vie civile auprès de sa femme et de ses deux filles, Nicole et Claudine, à Montauban. Dans l’hommage qui lui sera rendu dans la presse lors de sa disparition, M.M. écrira : « Rares ceux qui connaissent le rôle de René Dalmon dans la Résistance. Modeste entre tous, il ne s’épanchait pas facilement et ne se vantait pas de ses exploit... »

René Dalmon figure dans le Répertoire de la Légion d’honneur pour 1954 sous le numéro 0071253. Cependant, il n’a jamais parlé de décoration à ses proches.

Sources / textes et photos
    René Dalmon (notes autobiographiques).
    Nicole Delsouc et Claudine Escax, filles de René Dalmon (archives familiales).
    Jacques Dalmon, neveu et filleul de René Dalmon (souvenirs personnels).
    Wikipedia et portail de la Résistance Française
 

Rechercher :
Compte Twitter
Toutes les brèves
Zoom sur...
Zoom sur...
Contactez-nous