Accueil

LES COSTES GOZON - AVEYRON (12400)

DIEUDONNE DE GOZON CHEVALIER ET VAINQUEUR DU DRAGON

Dieudonné de Gozon était chevalier des temps anciens. Il triompha du dragon de l'Ile de Rhodes et devint Grand Maitre de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem en 1346.

Dieudonné de Gozon est issu d’une ancienne famille rouergate, mal connue, installée au hâteau de Gozon, sur la rive gauche du Tarn, ainsi qu’à Melac où se trouvait la résidence principale, les possessions allant de Saint-Rome-de-Cernon à Millau en passant par Saint-Victor et Melvieu ou Montagnol notamment.

C’est en tant que simple chevalier dans l’ordre de Jérusalem que Dieudonné de Gozon s’est illustré.

On raconte ainsi que vers 1342, dans la vallée de Soudourli, aux environs de Rhodes, au pied du mont Saint-Etienne, un dragon semait la terreur parmi les habitants, empestant l’air de ses émanations, et faisant de si nombreuses victimes que l’approche de la grotte qui lui servait de repaire avait été interdite aux chevaliers sous peine de dégradation.

Gozon profita d’un séjour en France pour dresser ses chiens à attaquer un faux dragon, et son cheval à n’être pas effrayé par la vue du monstre simulé. De retour à Rhodes, il se dirigea vers la caverne avec ses chiens, et parvint, après diverses péripéties, à frapper l’animal à la gorge et à le tuer.

La famille du grand maître se transmit précieusement, pendant plusieurs siècles, une pierre, trouvée dans le corps du monstre, et dont les vertus curatives étaient merveilleuses. Cette pierre, de la grosseur d’une olive, brillante comme un jaspe et de diverses couleurs, avait la propriété de faire bouillir l’eau avec laquelle elle était mise en contact. Cette eau, à son tour, était souveraine contre le venin des serpents. Cette pierre devait être une concrétion animale, formée dans l’estomac ou les intestins du dragon. On sait que le Moyen âge attribuait à tous les calculs une vertu antivenimeuse, et leur donnait le nom générique de « bézoard ».

Dieudonné de Gozon devint en 1346 le 27e grand maître de l’ordre de Jérusalem. Mais la légende qui l’entoure en tant que « vainqueur du dragon » de l’île de Rhodes occulte presque totalement son action en tant que grand maître.

Dieudonné de Gozon fut élevé à la grande maîtrise au lendemain de la mort, en mars 1346, de son prédécesseur, Hélion de Villeneuve. Il ne trahit pas sa réputation de guerrier et continua la lutte contre les Turcs. Le roi de Petite Arménie fit appel aux chevaliers de Rhodes qui débarquèrent en Cilicie en 1347 et rejetèrent les Egyptiens à la mer. Gozon fit aussi exécuter de nombreux travaux dans l’île et la cité de Rhodes, en particulier les premiers aménagements du port.

Il mourut en 1353, à un âge avancé.

N O T R E   H I S T O I R E
Dieudonné de Gozon combattant le dragon
Cet article a été rédigé avec l’aimable contribution de Jacques Miquel, conseiller scientifique au Conservatoire Larzac, Templier et Hospitalier et publié par le Conseil Général de l'Aveyron
www.conservatoire-larzac.com

Contact :
DIEUDONNE DE GOZON CHEVALIER ET VAINQUEUR DU DRAGON
12400 LES COSTES GOZON
Rechercher :
Compte Twitter
Toutes les brèves
Zoom sur...
Zoom sur...
Contactez-nous