Accueil

MONTROZIER GAGES - AVEYRON (12630)

MAURICE FENAILLE ENTREPRENEUR DU 19e SIECLE

Maurice Fenaille (1855-1937) fut un pionnier de l'industrie pétrolière, mais son nom appartient aussi à l'Histoire de l'Art en qualité de grand amateur, collectionneur et mécène.

Son père, qui s'était associé en 1853 avec un négociant en graisses, s'associe en 1855 avec deux autres personnes, introduit dans le commerce la fameuse Saxoléine, huile de pétrole destinée à l'éclairage. C'est le début de l'ère pétrolière.

En 1881, Maurice Fenaille, entré dans l'entreprise quelques années plus tôt, part travailler aux Etats-Unis dans la filiale de Fenaille et Despeaux installée à New York. Lorsque son père décède en 1883, il revient en France et il lui succède à la tête de l'entreprise; il ajoute à la Saxoléine, l'Oléonaphtine et le Saxol, deux lubrifiants, ainsi que le Benzo-moteur, essence pour voitures et avions.

L'entreprise continue à se développer en même temps que l'utilisation du pétrole dans la vie courante. La société suit cette évolution, son statut juridique évolue également : elle devient une société anonyme, La Pétroléenne, qui fusionne avec l'Economique (les fondateurs perdent alors la majorité au profit de la Standard Oil & Cie). La société prendra en 1936 le nom de Standard Française des Pétroles, puis, en 1952, de Esso Standard.

La fortune de Maurice FENAILLE s’est formé en grande partie durant cette période. Il en profite pour voyager dans le monde entier en Angleterre, en Espagne, en Palestine, en Italie, en Allemagne (il est un wagnérien accompli), en Egypte : il assistera à l'ouverture, par Howard Carter, du tombeau de Toutankhamon, et échappera à la fameuse malédiction !

Il ramène de ses voyages les dernières nouveautés : des piscines, l'électricité domestique, des automobiles et des avions.

Il épouse en novembre 1887 Marie Colrat, née et élevée au château de Montrozier, près de Rodez. Son cadeau de mariage est simple et délicat : il rachète ce vieux manoir, cité dans le plus ancien acte notarié du Rouergue connu (1208), pour lui offrir. La forteresse, meublée avec raffinement, fut ensuite habitée par leur fille, la comtesse de Billy.

Ils s'y rendront fréquemment, et il apportera son concours et ses moyens financiers à quantité de projets économiques aveyronnais. Il devient membre de la société des Lettres, Sciences et Arts de l'Aveyron en 1903, il encourage l'amélioration de la race bovine Aubrac, ainsi que la race ovine Lacaune, à partir de laquelle on produit le Roquefort.

Il crée une école d'agriculture à Montagnac, ainsi qu'après guerre, un centre de rééducation agricole pour les mutilés de guerre. Il crée un sanatorium au col d'Engayresque, entre Séverac-le-Château et Millau et un atelier de fabrication de tapis à Zénières (Montrozier) pour les jeunes filles de la région.

Entre 1908 et 1913, Fenaille, dont la belle-famille était propriétaire du château de Montal (Lot), reconstruit de 1523 à 1534 mais inachevé, pour Jeanne de Balzac - Montal, qui fut saisi comme bien d'émigré à la Révolution puis devenu une ferme, en entreprend la restauration complète.

Grâce à ses relations et à sa fortune, il recherche et retrouve dans le monde entier, achète ou fait réaliser des copies des éléments de l'ancienne décoration sculptée du château dispersés à partir de 1879, et le remeuble avec des meubles authentiques, notamment de rares tapisseries des XVIème et XVIIème siècle.

Le 13 septembre 1913, en présence de Raymond Poincaré, Président de la République, et d'Anatole de Monzie, secrétaire d'Etat aux Beaux- Arts, il en fait don à l'État français avec réserve d'usufruit pour lui et ses descendants.
Fenaille prêta aussi, sans intérêts, à la Société des Amis du Louvre la somme de 150 000 francs pour l'acquisition du tableau d'Ingres: Le Bain turc.

Il achète et aménage également l'hôtel de Jouéry, rue Saint-Just à Rodez, et en fait don à la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron en 1929. Il devint en 1937 le Musée qui porte son nom, et dans lequel figure en particulier une collection de statues-menhir. Il ne pourra malheureusement être présent à l’inauguration suite à son décés.

Amateur d'art, il consacre une grande partie de son temps et de son argent à aider les musées français, mais aussi au profit de nombreux artistes contemporains, auxquels il commande des œuvres (Auguste Rodin, Antoine Bourdelle, Viala, Jules Chéret...).

En 1885, il rencontre Rodin et devient son mécène; en 1895, il lui commanda une série de "Baigneuses" pour orner la piscine intérieure de sa résidence de Neuilly; en juin 2006, lors de la vente aux enchères publiques à Paris-Drouot d'une partie de sa collection, l'exemplaire numéroté 1/12 en bronze d'une "Baigneuse aux sandales" tripla son estimation pour atteindre 77 000 euros.

Entre février et septembre 1897, il correspond avec lui au sujet de la suite de ses dessins appelée "Album Goupil" (archives du musée Rodin, Paris).

En 1898, il commande au sculpteur un buste de son épouse depuis novembre 1887, Marie Colrat de Montrozier, et un second à Camille Claudel, qui lui écrivit à ce sujet une lettre alors que le buste était exposé à la galerie Bing à Paris (archives du musée Rodin); lors de la vente précitée, un exemplaire en plâtre du buste par Rodin fut préempté par le musée Rodin pour 42 000 euros.

Fenaille commanda également plusieurs oeuvres au peintre Henri Martin, dont deux grandes fresques, "Les Vendanges" et "les Foins", pour décorer son hôtel parisien de la rue de l'Elysée.

Sa générosité ne se limite pas à l'art : en 1916, son fils Pierre Fenaille échappe par miracle à la mort en combat aérien au-dessus de la ville de Cléry sur Somme. Il prend à sa charge la reconstruction de la ville : 70 maisons sont construites par ses soins et offertes aux indigents, il fait des avances à la commune et aux autres propriétaires, finance tous les travaux d'adduction d'eau et fait même replanter érables et sycomores sur la grand'place.

copyright texte et photos wikipedia

Infos :
MAURICE FENAILLE ENTREPRENEUR DU 19e SIECLE
12630 MONTROZIER GAGES
Rechercher :
Compte Twitter
Toutes les brèves
Zoom sur...
Zoom sur...
Contactez-nous