Accueil

Les brèves de Vivreaupays.pro

LA CAPEB DIFFUSE UNE ETUDE TRES NEGATIVE SUR LE METIER D'ARTISAN

mars 4

Rédigé par
vendredi 4 mars 2016  RssIcon

La CAPEB, la CNATP, et le pôle d’innovation IRIS-ST dévoilent le 2ème baromètre ARTI Santé BTP, enquête nationale dédiée à l’analyse de la santé des artisans du BTP.

Cette étude nous semble ultra-négative et même inquiétante pour nos artisans et ceux qui envisageraient de l'être. Nous ne contestons pas la vision des faits, sans aucun doute, mais il y a d'autres points positifs dans le statut de l'artisan qui mériteraient d'être davantage pris en compte. Voici le communiqué de presse diffusé :

"Cette édition conforte l’enseignement marquant de l’édition précédente (2014) quant à la fragilité de l’état de santé physique et psychologique des artisans du BTP. Un pessimisme accru dans ce nouveau baromètre, face à la hausse des affections physiques et psychologiques. L’intensité du travail, la pression qui repose sur les chefs d’entreprise artisanales du BTP – de 0 à 20 salariés - combiné à une conjoncture économique toujours très mauvaise, malgré une relative accalmie attendue pour 2016, expliquent cet état des lieux peu réjouissant.

Monitorer l’état de santé physique et psychique des artisans du BTP

La nouvelle édition du baromètre ARTI Santé BTP, portant sur l’année 2015, conforte les enseignements de la première édition (2014). La fragilité de l’état de santé psychique et psychologique des artisans du BTP s’exprime à travers de nombreux indicateurs : en moyenne, 1 sur 2 (53%) se considère ainsi comme fatigué ou souvent à très souvent victimes de stress.

Une bonne santé apparente mais qui recouvre en réalité une variété de maux

Malgré une très légère baisse en 2015 (78% contre 80% en 2014), les artisans se perçoivent globalement en bonne santé. Un masque de solidité que contredit une réalité de maux variés.

La plupart des artisans souffrent ainsi de douleurs musculaires (79%), tandis que près d’un sur deux accusent une fatigue importante et des troubles du sommeil (43%). D’autres indicateurs, plus marginaux (affectant moins d’un artisan sur quatre) complètent ce tableau peu réjouissant : il s’agit notamment de troubles émotionnels (24%), de problèmes de vue (23%) ou encore d’audition (16%).

Dépression et burn-out : quand le mal-être au travail prend le dessus

Qu’il s’agisse de surcharge de travail, de stress chronique, d’incertitude sur l’avenir ou encore de solitude dans la prise de responsabilité, le « surinvestissement » est tel que le chef d’entreprise artisanal du BTP se retrouve parfois dans un état d’épuisement physique et mental. Le manque de suivi médical – irrégulier voire inexistant pour 43% des artisans du BTP – ou encore le sentiment d’isolement (39%) n’arrangent rien. Le corps dit « stop » et c’est le « burn out » (ou épuisement professionnel), avec le risque de maladies dépressives : 7% déclarent avoir fait un burn out, tandis que 28% pensent en avoir fait un.

Facteurs explicatifs

Bien qu’ils bénéficient de facteurs « protecteurs » du stress (passion du métier, forte autonomie, soutien et reconnaissance sociale, bonnes relations sociales…), plus de la moitié des artisans du BTP sont ainsi victimes d’un stress chronique mettant en danger leur santé mentale et physique.

L’intensité du rythme de travail, de la pression des délais, du déséquilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, des exigences physiques et mentales de la fonction (95 %), le sentiment d’isolement sont autant de facteurs propices à l’altération de la qualité de vie et de travail des artisans du BTP.

La conjoncture économique jouerait également un rôle de catalyseur du phénomène de stress en renforçant le sentiment d’insécurité (fortes variations de l’activité, faible visibilité sur les commandes et l’avenir, difficultés de trésorerie…) et en accentuant les difficultés liées à la concurrence (multiplication des demandes de devis, réactivité, guerre des prix, contraintes de délais …).
   
Nous recommandons à la CAPEB d'avoir une vision un peu plus positive des choses. C'est dur pour tout le monde, pas besoin d'en rajouter. La vie est une lutte, une adaptation permanente, cela fait un bout de temps que ça dure.

Rechercher :
Archives
<août 2019>
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
2345678
Mensuel
août 2019 (14)
juillet 2019 (25)
juin 2019 (24)
mai 2019 (27)
avril 2019 (23)
mars 2019 (28)
février 2019 (28)
janvier 2019 (40)
décembre 2018 (39)
novembre 2018 (31)
octobre 2018 (38)
septembre 2018 (31)
août 2018 (24)
juillet 2018 (29)
juin 2018 (34)
mai 2018 (35)
avril 2018 (35)
mars 2018 (38)
février 2018 (34)
janvier 2018 (41)
décembre 2017 (35)
novembre 2017 (33)
octobre 2017 (41)
septembre 2017 (40)
août 2017 (42)
juillet 2017 (41)
juin 2017 (51)
mai 2017 (49)
avril 2017 (54)
mars 2017 (63)
février 2017 (57)
janvier 2017 (58)
décembre 2016 (59)
novembre 2016 (57)
octobre 2016 (52)
septembre 2016 (49)
août 2016 (48)
juillet 2016 (55)
juin 2016 (58)
mai 2016 (58)
avril 2016 (63)
mars 2016 (68)
février 2016 (61)
janvier 2016 (58)
décembre 2015 (63)
novembre 2015 (67)
octobre 2015 (65)
septembre 2015 (65)
août 2015 (55)
juillet 2015 (66)
juin 2015 (63)
mai 2015 (64)
avril 2015 (67)
mars 2015 (78)
février 2015 (61)
janvier 2015 (69)
décembre 2014 (74)
novembre 2014 (64)
octobre 2014 (74)
septembre 2014 (67)
août 2014 (65)
juillet 2014 (63)
juin 2014 (70)
mai 2014 (66)
avril 2014 (64)
mars 2014 (70)
février 2014 (69)
janvier 2014 (70)
décembre 2013 (71)
novembre 2013 (64)
octobre 2013 (73)
septembre 2013 (75)
août 2013 (63)
juillet 2013 (72)
juin 2013 (59)
mai 2013 (73)
avril 2013 (66)
mars 2013 (67)
février 2013 (71)
janvier 2013 (75)
décembre 2012 (1)
novembre 2012 (1)
mars 2012 (1)
janvier 2012 (2)

Go
Compte Twitter
Toutes les brèves
Zoom sur...
Zoom sur...
Contactez-nous