Accueil

Les brèves de Vivreaupays.pro

BAROMETRE CGPME : L'INQUIETUDE DES DIRIGEANTS DE PME A UN NIVEAU RECORD

oct. 7

Rédigé par
mardi 7 octobre 2014  RssIcon

Pour la 22ème édition de ce baromètre, l’IFOP a interrogé en septembre 2014, à la demande de KPMG et de la CGPME, plus de 400 dirigeants d’entreprises françaises de 10 à 500 salariés sur leurs besoins de financement et leur accès au crédit.

Dans un contexte incertain, deux chefs d’entreprise sur trois craignent une remise en cause du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE)

Au niveau macro-économique, 90 % des chefs d’entreprise se déclarent inquiets pour l’économie française (niveau stable par rapport à mai 2014). Parmi eux, 39 % se déclarent très inquiets (+16 pts), un niveau record depuis la création du baromètre en 2009. Dans le même temps, les dirigeants restent préoccupés pour leur activité pour les mois à venir (55 %, +4 pts). Les craintes liées à son entreprise sont plus marquées dans le BTP (67 %), les structures de 100 à 249 salariés (62 %) et le Nord-Est (61 %).



La baisse du chiffre d’affaires reste la principale difficulté rencontrée par les dirigeants de PME, et continue d’augmenter (54 %, +3 pts), au moment où les difficultés liées à la hausse des coûts des fournisseurs affichent leur plus bas niveau depuis décembre 2010 (41 %, -10 pts par rapport à décembre 2010, -9 points par rapport à mai 2014,). Les problèmes de trésorerie ou de financements sont, quant à eux, en légère hausse (34 %, +3 pts).

Dans ce contexte, 66 % des chefs d’entreprise craignent une remise en cause prochaine du CICE. Cette inquiétude est notamment marquée dans le BTP (73%), les services (70%) et dans les communes rurales (70%).

« Malgré quelques incompréhensions des dirigeants face au CICE, la mesure est aujourd’hui plébiscitée par ces derniers qui commencent à mesurer les premiers bénéfices financiers. Ils craignent d’autant plus sa remise en cause que le degré d’inquiétude face à la situation économique atteint un niveau record depuis 2009 », commente Jacky Lintignat, Directeur Général de KPMG.



Des besoins en financement en léger repli et une situation économique pesant sur les conditions d’accès au crédit
Près d’un chef d’entreprise sur deux observe des effets négatifs de la situation économique actuelle sur ses conditions d’accès au crédit (47 %, -1 pt), la part d’entre eux indiquant ressentir un impact très négatif est en augmentation (16 %, +8 pts).

En parallèle, deux chefs d’entreprise sur trois déclarent avoir au moins un besoin de financement (66 %, -1 pt) dont 41 % pour financer des investissements (+ 1pt) et une part identique pour financer l’exploitation (trésorerie, escomptes,…) (41 %, +2 pts).

Dans le cadre de financements d’investissements, les besoins de crédit destinés au remplacement ou à l’entretien de l’exploitation sont en baisse (63 %, -2 pts) tout comme les besoins de crédit pour des investissements d’équipement - véhicules, informatique, etc. - (37 %, -5 pts). Une lueur d’optimisme apparaît toutefois : à l’inverse les besoins de crédits pour des acquisitions de développement – achats, fusions d’entreprises, etc. – sont en hausse (32 %, +6 pts) tout comme ceux destinés à l’innovation (22 %, +2 pts).

Toutefois, l’autolimitation des investissements en raison des contraintes bancaires reste forte : 35% des dirigeants de PME se restreignent dans leurs demandes de financement auprès des banques en raison des difficultés d’accès au crédit, d’autant plus dans le commerce (44 %) et pour les entreprises de 10 à 19 salariés (44 %).
74 % des dirigeants de PME font état d’au moins une mesure de durcissement par les banques

Bien que relativement stable par rapport à mai 2014 (-1 pt), ce niveau varie en fonction de la taille de l’entreprise : 81 % dans les entreprises de 10 à 19 salariés contre 62 % dans les entreprises de 100 à 249 salariés ; et du secteur : 82 % dans le commerce contre 60 % dans l’industrie.



Face à ces difficultés dans leurs relations avec leurs banques, 43 % des dirigeants ont l’intention d’examiner les conditions de la concurrence (stable) et 35 % (+6 pts) envisagent de réexaminer leurs lignes de crédit (39% dans le commerce et 42% dans les structures de 50 à 99 salariés).

Plus de neuf chefs d’entreprise sur dix souhaiteraient une évolution de la réglementation sur la durée hebdomadaire du travail

Dans ce contexte d’inquiétude grandissant, les débats actuels sur l’évolution des 35 heures font écho aux souhaits des chefs d’entreprise : 93 % d’entre eux appellent de leurs voeux une évolution de la réglementation sur la durée hebdomadaire du travail.

Plus précisément, 42 % d’entre eux sont favorables à un assouplissement au cas par cas dans le cadre d’accords majoritaires d’entreprises ou de branches (47 % dans l’industrie), 26 % à un retour aux 39 heures (33 % dans le BTP) et 25 % à un assouplissement total de la durée légale du travail.

Méthodologie
- Echantillon de 400 dirigeants d’entreprises, représentatif des entreprises françaises de 10 à 500 salariés.
- La représentativité de l’échantillon a été assurée par un échantillonnage raisonné sur les quotas (taille salariale, secteur d’activité, région) et un redressement selon les données INSEE.
- Les interviews téléphoniques de ce baromètre ont eu lieu du 11 au 18 septembre 2014.
Le baromètre du financement et de l’accès au crédit des PME est réalisé par l’Ifop depuis février 2009.

KPMG en France
Premier groupe français d’audit et de conseil, réalisant 894 M€ de chiffre d’affaires en 2013 et employant 8 300 personnes, KPMG France est membre de KPMG International, réseau de cabinets indépendants exerçant dans 155 pays. Les professionnels interviennent auprès des grands comptes internationaux, des ETI et groupes familiaux, des TPE et dans différents secteurs de l’industrie, du commerce et des services financiers.
www.kpmg.fr Suivez notre actualité sur Twitter !

CGPME
1 650 000 entreprises représentées - 550 000 entreprises adhérentes
Par ses 123 Unions territoriales interprofessionnelles présentes dans toute la France, la CGPME permet l’accès à l’information. Dans le cadre de la défense des intérêts collectifs de ses adhérents, elle leur dispense assistance et conseil. Elle est également un lieu de rencontres, d’échanges d’expériences, de partage de savoir-faire pour les chefs d’entreprise.
Forte de ses 220 fédérations professionnelles, la CGPME est à l’origine de nombreux services qui simplifient la vie des entrepreneurs.

Rechercher :
Archives
<août 2019>
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
2345678
Mensuel
août 2019 (18)
juillet 2019 (25)
juin 2019 (24)
mai 2019 (27)
avril 2019 (23)
mars 2019 (28)
février 2019 (28)
janvier 2019 (40)
décembre 2018 (39)
novembre 2018 (31)
octobre 2018 (38)
septembre 2018 (31)
août 2018 (24)
juillet 2018 (29)
juin 2018 (34)
mai 2018 (35)
avril 2018 (35)
mars 2018 (38)
février 2018 (34)
janvier 2018 (41)
décembre 2017 (35)
novembre 2017 (33)
octobre 2017 (41)
septembre 2017 (40)
août 2017 (42)
juillet 2017 (41)
juin 2017 (51)
mai 2017 (49)
avril 2017 (54)
mars 2017 (63)
février 2017 (57)
janvier 2017 (58)
décembre 2016 (59)
novembre 2016 (57)
octobre 2016 (52)
septembre 2016 (49)
août 2016 (48)
juillet 2016 (55)
juin 2016 (58)
mai 2016 (58)
avril 2016 (63)
mars 2016 (68)
février 2016 (61)
janvier 2016 (58)
décembre 2015 (63)
novembre 2015 (67)
octobre 2015 (65)
septembre 2015 (65)
août 2015 (55)
juillet 2015 (66)
juin 2015 (63)
mai 2015 (64)
avril 2015 (67)
mars 2015 (78)
février 2015 (61)
janvier 2015 (69)
décembre 2014 (74)
novembre 2014 (64)
octobre 2014 (74)
septembre 2014 (67)
août 2014 (65)
juillet 2014 (63)
juin 2014 (70)
mai 2014 (66)
avril 2014 (64)
mars 2014 (70)
février 2014 (69)
janvier 2014 (70)
décembre 2013 (71)
novembre 2013 (64)
octobre 2013 (73)
septembre 2013 (75)
août 2013 (63)
juillet 2013 (72)
juin 2013 (59)
mai 2013 (73)
avril 2013 (66)
mars 2013 (67)
février 2013 (71)
janvier 2013 (75)
décembre 2012 (1)
novembre 2012 (1)
mars 2012 (1)
janvier 2012 (2)

Go
Compte Twitter
Toutes les brèves
Zoom sur...
Zoom sur...
Contactez-nous