Accueil

Les brèves de Vivreaupays.pro

DEFENSE DE NOS PME/PMI PAR GERARD RAMOND

oct. 31

Rédigé par
jeudi 31 octobre 2013  RssIcon

Gérard Ramond est le président régional de la CGPME, il est aussi membre du CESER (Conseil Economique et Social de la Région) qui vient apporter son appui pour les décisions du Conseil Régional.

A ce titre, il a fait cette déclaration pour la fin de la mandature du CESER :

Monsieur le Président du Conseil Régional, Mesdames et Messieurs les Conseillers, Chers Collègues, Chers amis,
 
C’est en ma qualité de Président Régional CGPME de Midi-Pyrénées et à ce titre seulement que je m’adresserai à vous en portant à votre connaissance les difficultés et les ressentis de la grande majorité, à la fois des petits patrons  des  PME/PMI et de tous ceux qui y travaillent.

Bien que le temps me soit compté, je ne ferai pas l’économie de remercier tous ceux qui ont travaillé assidument pendant ces six dernières années à la commission 2 pour proposer à notre commanditaire des solutions consensuelles de bon sens dont rares sont celles qui ont été retenues.

J’adresse, ici, publiquement un remerciement appuyé à mes collègues du 2ième collège dont la lucidité et le sens des responsabilités m’ont interpelé. Ils ont su nourrir  les débats souvent avec force conviction mais jamais dans l’agression ou la provocation, c’est la raison pour laquelle je regrette de n’avoir pas su ou pas pu les suivre dans certaines de leurs  propositions.
 
Jamais au cours de ces 10 dernières années, même au moment le plus critique de la « crise », nous n’avons été aussi peu entendus et considérés et nos salariés autant pénalisés.

Après avoir accompagné bon nombre d’entre de nos PME/PMI dans l’anonymat de la fosse commune des cimetières de l’entreprise, laissé leurs salariés s’inscrire à l’ANPE ou à l’APEC et quémander une formation dans l’indifférence générale, notre capacité à réagir et à rebondir a permis, non sans grandes difficultés, de stabiliser une situation en chute libre et même de se prendre à rêver de croissance.

Mais chemin faisant, le fruit de notre travail et de la rigueur de notre gestion additionnés aux efforts consentis par nos salariés sont devenus la variable d’ajustement de toutes les idéologies politiques et de toutes les générosités de ceux qui n’ayant jamais rien partagé s’emploient à partager sans modération et scrupule  la valeur ajoutée de ceux qui les font vivre (travailler).

Ainsi force est de constater que nos PME/PMI mal connues, mal comprises sont maltraitées et que seuls sont écoutés, entendus et considérés, les grands champions internationaux qui délocalisent et ne participent qu’à hauteur de 8% de leurs résultats à la contribution citoyenne de notre pays, alors que pour nos PME/PMI le seuil des 40 % sera bientôt franchi.
 
Pourtant il ne fait plus maintenant de doute pour personne, la réalité de l’économie de notre Pays et de notre Région est bien portée par ces entreprises de moins de 50 salariés qui représentent 95 % des entreprises et 52 % de l’emploi, et paient plus de 30% d’impôts. Or si l’on organise avec force publicité et débauche des réunions et des colloques en tous genres, une certaine forme de concertation, si elles sont parfois écoutées elles ne sont que très rarement entendues. Les annonces régulières des mesures en faveur de nos PME/PMI sont nombreuses mais inadaptées car élaborées hors les champs et les attentes des réalités quotidiennes et dans tous les cas que très rarement tenues.

Il faut à tout prix réconcilier les PME/PMI avec les dirigeants, tous les dirigeants de notre pays. Les gisements d’embauches se trouvent chez elles, pas dans les grands groupes. En accompagnant nos PME/PMI on diversifie le risque, en cas de difficultés il vaut mieux avoir 100 entreprises de 250 personnes qu’un grand groupe avec 25000 salariés.

Nos  PME/PMI sont réputées être moins performantes que leurs concurrentes allemandes en particulier et pour cause, puisqu’on ne leur donne pas les moyens  appropriés pour investir, se développer et se transmettre. En Allemagne et en Italie  notamment les PME/PMI bénéficient  de régimes fiscaux plus incitatifs (étalement du paiement de l’impôt entre autre, ou d’un accès au crédit  et d’un accompagnement  de bon sens, plus  efficace) permettant aux PME/PMI de devenir des ETI (entreprises de taille intermédiaire).

Est-il normal que ce soit plus facile d’accorder des milliards d’euros à un grand groupe en difficulté que de trouver 30000 euros pour une petite entreprise qui en a besoin et sécuriser ainsi l’emploi ? Par voie de conséquence, les jeunes diplômés qui pourraient y faire de très belles carrières, les ignorent.

A défaut de convaincre nos dirigeants que les plus aptes à envisager des solutions et à décider ce qui est bon pour l’Entreprise ce sont conjointement ces petits patrons et leurs salariés, il nous faudra relever le DEFI de vivre, de travailler et de nous développer dans un Etat de promesses non tenues, de manipulations, d’approximations, de doutes, d’incertitudes, de valses-hésitations et de mensonges permanents, c’est-à-dire dans un « environnement devenu proprement hostile ».

Ce DEFI, comme tous les autres, nous saurons le relever si nous savons nous rassembler et nous réunir  nombreux pour dénoncer  une idéologie dévastatrice , proposer des solutions  de bon sens,, simples, pragmatiques, appropriées à nos besoin pour redonner du sens au sens et partager avec nos salariés  l’envie d’avoir envie du beau , du grand,  de la conquête pour ouvrir toute grande les voies de l’ambition, de l’espoir et ré-enchanter tout simplement notre quotidien .et le leur. Certes cela ne se fera pas dans l’imprécation mais dans l’action  fusse-t-elle démonstrative, le chemin sera truffé d’embûches mais nous le gagnerons en associant  à la  réussite tous ceux qui dans nos entreprises ne demandent qu’à construire pour eux-mêmes et leurs enfants un monde responsable et gratifiant.

Refusons définitivement ce clivage déraisonnable initié par les grands groupes dévastateurs  qui dressent les  dirigeants, affidés de grands groupes,   contre ceux qui créent la richesse par leur travail. Remettons l’humain au centre de nos préoccupations au sein de nos PME/PMI et par la transparence, le dialogue et la confiance réciproque, transmettons à nos salariés le goût et l’envie de la réussite et du succès.
                               
C’est là où se situe la clé de voûte du monde d’aujourd’hui et de demain.

Aussi, en cet après-midi de fin de mandature, dans ce lieu de travail où bien sur le vin est interdit.

Symboliquement, buvons et espérons.
                                                             G. RAMOND

Rechercher :
Archives
<août 2019>
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
2345678
Mensuel
août 2019 (20)
juillet 2019 (25)
juin 2019 (24)
mai 2019 (27)
avril 2019 (23)
mars 2019 (28)
février 2019 (28)
janvier 2019 (40)
décembre 2018 (39)
novembre 2018 (31)
octobre 2018 (38)
septembre 2018 (31)
août 2018 (23)
juillet 2018 (29)
juin 2018 (34)
mai 2018 (35)
avril 2018 (35)
mars 2018 (38)
février 2018 (34)
janvier 2018 (41)
décembre 2017 (35)
novembre 2017 (33)
octobre 2017 (41)
septembre 2017 (40)
août 2017 (42)
juillet 2017 (41)
juin 2017 (51)
mai 2017 (49)
avril 2017 (54)
mars 2017 (63)
février 2017 (57)
janvier 2017 (58)
décembre 2016 (59)
novembre 2016 (57)
octobre 2016 (52)
septembre 2016 (49)
août 2016 (48)
juillet 2016 (55)
juin 2016 (58)
mai 2016 (58)
avril 2016 (63)
mars 2016 (68)
février 2016 (61)
janvier 2016 (58)
décembre 2015 (63)
novembre 2015 (67)
octobre 2015 (65)
septembre 2015 (65)
août 2015 (55)
juillet 2015 (66)
juin 2015 (63)
mai 2015 (64)
avril 2015 (67)
mars 2015 (78)
février 2015 (61)
janvier 2015 (69)
décembre 2014 (74)
novembre 2014 (64)
octobre 2014 (74)
septembre 2014 (67)
août 2014 (65)
juillet 2014 (63)
juin 2014 (70)
mai 2014 (66)
avril 2014 (64)
mars 2014 (70)
février 2014 (69)
janvier 2014 (70)
décembre 2013 (71)
novembre 2013 (64)
octobre 2013 (73)
septembre 2013 (75)
août 2013 (63)
juillet 2013 (72)
juin 2013 (59)
mai 2013 (73)
avril 2013 (66)
mars 2013 (67)
février 2013 (71)
janvier 2013 (75)
décembre 2012 (1)
novembre 2012 (1)
mars 2012 (1)
janvier 2012 (2)

Go
Compte Twitter
Toutes les brèves
Zoom sur...
Zoom sur...
Contactez-nous