Accueil

Les brèves de Vivreaupays.pro

DES IDEES POUR CREER : LE RETOUR DES COMMERCANTS ITINERANTS

oct. 23

Rédigé par
mercredi 23 octobre 2013  RssIcon

Un article de l'APCE sur le retour des commerçants itinérants

Les commerçants itinérants étaient autrefois nombreux à sillonner les routes de campagne pour approvisionner les villageois éloignés des commerces en pain, viandes et autres produits d'épicerie. Mais l'arrivée de la voiture et des grandes surfaces a progressivement modifié les habitudes d'achat de ces habitants en leur permettant d'accéder à un plus grand choix de produits à des prix attractifs. Malgré tout près de 200 000 personnes exerceraient aujourd'hui une activité non sédentaire en France, sur la voie publique, sur les marchés, foires ou fêtes et parfois dans des lieux privés comme les comités d'entreprise répondant à de nouveaux besoins.

Parmi ces professionnels, certains ont misé sur l'originalité pour se démarquer tant au niveau de leur lieu de passage qu'au niveau du type de véhicule utilisé, du produit ou du service vendu ou encore des moyens utilisés pour se faire connaître.

triangle.gifDes tournées à la campagne comme en ville

Dans les zones rurales, les commerçants itinérants continuent à jouer un rôle économique et social essentiel, pour les personnes géographiquement isolées. Ils facilitent leur vie quotidienne. Mais, fait nouveau, les camionnettes aménagées font  aussi leur apparition dans les rues des grandes villes. Les professionnels choisissent de préférence les quartiers d'affaires, les zones commerciales ou les rues passagères pour proposer tout type de produit ou service.

triangle.gifDes moyens de transport originaux

Pour ne pas passer inaperçus dans les rues, les commerçants n'hésitent pas à choisir des moyens de transport plutôt originaux. Les modèles anciens comme le Tub Citroën reviennent à la mode. Les cars scolaires ou bus anglais retrouvent aussi une deuxième jeunesse. Les roulottes aménagées ou les triporteurs ont aussi la cote. Le carrossier BCC, implanté dans le Nord-Pas-de-Calais, surfe sur cette nouvelle tendance et a vu ainsi ses commandes se multiplier en quelques années.

triangle.gifUne plus grande diversité de produits proposés

Dans le domaine alimentaire, on connaissait les camions vendant des pizzas, des glaces ou des frites, mais depuis quelques années l'offre s'élargit pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs urbains. L'heure est au « fast-good ». Les pauses déjeuners sont courtes et l'on veut pouvoir manger vite mais bien. La plupart des nouveaux restaurateurs mobiles ont choisi de se positionner sur ce créneau et ont donc opté pour des plats classiques mais plus raffinés. Ils sont réalisés sur place avec des produits de qualité. Kristin Frederick a été une des pionnières en la matière avec son food truck « Au camion qui fume », ouvert en 2011, inspiré des modèles américains. Elle y cuisine des produits frais de qualité et propose des burgers, salades et cheesecakes. D'autres depuis ont suivi le mouvement à Paris et en province, comme Cantine California, Le Réfectoire, Goody's.... Les boissons et plats proposés sont de plus en plus variés mais on est encore loin des Gourmet Food trucks californiens qui proposent toutes les cuisines ethniques habituelles (tex mex, thaï, chinoise...).

triangle.gifUne filière qui se structure

Pour soutenir le développement de la cuisine itinérante, le chef étoilé Thierry Marx a  créé en 2009 un "Atelier de cuisine nomade" à Blanquefort, près de Bordeaux, convaincu que la "street food", qui s'impose peu à peu dans nos modes de vie, constitue la meilleure alternative possible à la « malbouffe ».
 
L'association « Street Food en mouvement"  a plus récemment vu le jour pour promouvoir et professionnaliser cette activité créatrice d'activité économique et d'emplois. Elle a également pour objectif d'accompagner les futurs entrepreneurs dans leur démarche de création de concepts, afin de les guider au mieux vers des modèles économiquement viables et respectueux des normes en vigueur.
A l'occasion de la 1ère édition du salon RestoNouvo, qui s'est récemment tenue à Marseille,  le premier "Street Food international festival"  a été organisé. Cet événement a rassemblé les offres de restauration en camions Food Truck les plus innovantes. Les meilleurs concepts ont été récompensés.

triangle.gifUne dynamique qui s'étend au secteur des services

Dans le domaine des services, certains artisans ou commerçants habituellement sédentaires ont également opté pour la mobilité. Les exemples se multiplient : salon de coiffure, salon de toilettage pour chiens, garage, magasin de vêtements, halte-garderie, friperie...
Tout récemment, Aurore Evee s'est lancée dans la vente de vêtements et d'accessoires vintage dans une caravane. Frédéric Jégou a choisi de transformer un bus anglais en friperie ambulante. Benjamin Delporte a créé en 2010, Mobilauto, un service d'entretien de véhicules à domicile. Le réseau de franchise Autosmart vend dans des camions-magasins des produits d'entretien pour les automobiles et poids lourds aux professionnels du secteur. En 2013, il a reçu le coup de cœur de l'Observatoire de la franchise et de l'Express.

triangle.gifUne communication 2.0

A l'heure d'internet et des réseaux sociaux ces nouveaux commerçants n'hésitent pas à utiliser ces moyens de communication modernes pour se faire connaître et fidéliser leur clientèle. Ils font connaître les dates, les heures et leurs lieux de passage, les produits proposés et permettent ainsi à leurs clients de les localiser et de les retrouver facilement. Des plateformes de géolocalisation telles que kelplat.com, pouet-pouet.com, ont également fait leur apparition et permettent notamment de localiser en un clic le food truck de son choix.
Selon une étude du Crédoc sur le commerce de demain, l'avenir du secteur est à la proximité, la convivialité et aux services personnalisés. Les commerçants itinérants ont donc une place à prendre pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs à condition de renouveler et diversifier leur offre. La règlementation devra également évoluer pour faciliter l'obtention des autorisations de stationnement qui est actuellement un frein au développement de l'activité.

etoile.gif Pour aller plus loin :
- Rubrique « Informations sectorielles » de l'APCE
- Apprendre la « street food » avec Thierry Marx
- Association « Street food en mouvement »
- Plateformes de géolocalisation : Kelplat ; Pouet-pouet.

Copyright ©2013 APCE

Rechercher :
Archives
<août 2019>
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
2345678
Mensuel
août 2019 (20)
juillet 2019 (25)
juin 2019 (24)
mai 2019 (27)
avril 2019 (23)
mars 2019 (28)
février 2019 (28)
janvier 2019 (40)
décembre 2018 (39)
novembre 2018 (31)
octobre 2018 (38)
septembre 2018 (31)
août 2018 (23)
juillet 2018 (29)
juin 2018 (34)
mai 2018 (35)
avril 2018 (35)
mars 2018 (38)
février 2018 (34)
janvier 2018 (41)
décembre 2017 (35)
novembre 2017 (33)
octobre 2017 (41)
septembre 2017 (40)
août 2017 (42)
juillet 2017 (41)
juin 2017 (51)
mai 2017 (49)
avril 2017 (54)
mars 2017 (63)
février 2017 (57)
janvier 2017 (58)
décembre 2016 (59)
novembre 2016 (57)
octobre 2016 (52)
septembre 2016 (49)
août 2016 (48)
juillet 2016 (55)
juin 2016 (58)
mai 2016 (58)
avril 2016 (63)
mars 2016 (68)
février 2016 (61)
janvier 2016 (58)
décembre 2015 (63)
novembre 2015 (67)
octobre 2015 (65)
septembre 2015 (65)
août 2015 (55)
juillet 2015 (66)
juin 2015 (63)
mai 2015 (64)
avril 2015 (67)
mars 2015 (78)
février 2015 (61)
janvier 2015 (69)
décembre 2014 (74)
novembre 2014 (64)
octobre 2014 (74)
septembre 2014 (67)
août 2014 (65)
juillet 2014 (63)
juin 2014 (70)
mai 2014 (66)
avril 2014 (64)
mars 2014 (70)
février 2014 (69)
janvier 2014 (70)
décembre 2013 (71)
novembre 2013 (64)
octobre 2013 (73)
septembre 2013 (75)
août 2013 (63)
juillet 2013 (72)
juin 2013 (59)
mai 2013 (73)
avril 2013 (66)
mars 2013 (67)
février 2013 (71)
janvier 2013 (75)
décembre 2012 (1)
novembre 2012 (1)
mars 2012 (1)
janvier 2012 (2)

Go
Compte Twitter
Toutes les brèves
Zoom sur...
Zoom sur...
Contactez-nous